Quelle est la différence entre médiation et animation ? Quelles sont les spécificités de notre approche ? Comment se positionnent les acteurs institutionnels (musées, collectivités) vis à vis des publics ? Voici quelques articles pour répondre à ces questions.

Médiathèque

  • Se former à la médiation en archéologie

    - PDF - 148 ko Isabelle De Miranda

    Depuis le début des années 1970, la valorisation de l’archéologie en France connaît un essor important, notamment dans le domaine de la préhistoire (Roy 2005). Actuellement, le panorama de la médiation dans ce domaine est très large. De nombreux parcs archéologiques et archéosites ont été créés dans des régions plus ou moins riches en patrimoine archéologique. La plupart des musées d’archéologie proposent des activités à destination des scolaires et du grand public. De nombreux services d’archéologie de collectivités territoriales possèdent un service d’action culturelle. L’Inrap met également en place des actions directement tournées vers le public (portes ouvertes de chantiers préventifs, participation à des manifestations nationales). Par ailleurs, des associations se développent (ArkéoMédia1, Archéolithe, Archéologie pour Tous, Ethni’Cité...) et parfois même, des étudiants et passionnés d’archéologie proposent leurs services de manière autonome...

  • Actes du colloque « Archéologie et publics »

    - PDF - 7 Mo

    La relation archéologie et public est caractérisée par une grande diversité de contenus, d’actions, de formes, de supports, de savoir-faire et de publics variés ayant des attentes spécifiques. Ces pratiques qualifiées de médiation tentent à s’institutionnaliser et à se professionnaliser. Une série d’acteurs occupent désormais une niche non négligeable d’emplois et de revenus dans le domaine socio-économique du tourisme culturel pour lequel un état de la question s’avère nécessaire. C’est pourquoi, le colloque « Archéologie et publics » a été organisé au Préhistosite de Ramioul dans le cadre de son dixième anniversaire. Cet état des lieux avait pour objectif de permettre aux acteurs concernés d’élaborer ensemble des perspectives de développement pour leur secteur d’activité.